REUNION SUR LE NOUVEAU BUSINESS MODEL

Le GUOT sensibilise les importateurs et transitaires de Pointe-Noire sur son nouveau business model (model d’affaires).

 

Pointe-Noire, le 05 Mars 2019

La directrice commerciale, d’exploitation et du marketing du Guichet Unique des Opérations Transfrontalières Amina Magalie Sébastienne TCHICAYA, a donnée, le 5 mars 2019, une communication à l’endroit des chargeurs, acteurs logistiques et les professionnels des transports.

Pour cet exercice, elle avait à ses côtés, Lié Rupert GOUARI, directeur des systèmes d’information et de la certification électronique, Odilon Christel ISSANGA PIANGA, Chef de service Juridique, réglementation et confiance à l’économie numérique, Jules Rocky EMBOUNOU, Chef de service assistance aux utilisateurs et hotline du GUOT, enfin, Pierre NGOMA MAKOSSO, le Vice-président de l’Assemblée générale des chargeurs du Congo.

Dans son intervention, la directrice commerciale, d’exploitation et du marketing a commencée par rappeler à l’assistance la genèse et les missions du Guichet Unique des Opérations Transfrontalières, avant d’évoquer par la suite, le nouveau business model et la tarification des services du GUOT.

Elle a déclarée notamment que le nouveau business model du GUOT a été adopté par le conseil d’administration lors de sa session bilancielle 2018 et budgétaire 2019, tenue le 22 février dernier à Brazzaville. La délibération prise à cette occasion donne au GUOT l’autorisation d’appliquer la nouvelle tarification de ses prestations.

Axé justement sur les prestations de service, ce nouveau business model a pris effet le 1er mars 2019, en remplacement de l’ancien modèle d’affaire qui faisait de la redevance informatique au cordon douanier, la ressource principale du GUOT.

Poursuivant, elle a indiqué que l’adoption de la délibération sur le nouveau business model, fait suite au constat du défaut de financement du GUOT par l’Etat, son seul actionnaire, 4 ans après sa mise en service.

Cette délibération a été motivée par l’impérative nécessité de préserver les acquis obtenus dans le domaine de la facilitation des échanges  commerciaux en République du Congo. Elle vise aussi à donner au GUOT les moyens nécessaires à l’amélioration de la qualité des services et l’exploitation optimale de sa plateforme électronique (SEG).

Les propos de la directrice commerciale du GUOT ont été confortés par le directeur des systèmes d’information et le Chef de service Juridique et réglementation, lesquels ont donné des éclaircissements aux préoccupations émises par les transitaires et importateurs, notamment sur le caractère légal et les fondements  juridiques de la délibération prise par le conseil d’administration.

Le second message de la directrice commerciale a porté sur la tarification des services. Elle a notamment attiré l’attention des transitaires, en les enjoignant à ne pas surenchérir sur la valeur réelle du prix des prestations du GUOT.

La directrice commerciale a clos son propos en informant les transitaires de la relance des réunions des partenaires du GUOT, auxquels ils étaient d’ailleurs conviés pour soumettre et débattre en milieu autorisé, des différentes préoccupations qui les tenaient à cœur.

Il s’en est suivi un échange interactif entre la direction générale du GUOT et les transitaires et importateurs, comme pour mieux débattre autour de ce nouveau business model.

Cette communication qui fait suite à celle déjà tenue avec Unicongo, rentre dans le cadre de la campagne de communication initiée par le GUOT, en vue de la vulgarisation de la délibération portant sur le nouveau business model. Elle a été marquée par la participation active des organisations comme le Syndicat des commerçants du Congo, le Mouvement des entreprises du Congo et du syndicat des Transitaires et Prestataires Portuaires du Congo. On a aussi noté la présence de plusieurs entreprises de transit comme Bolloré, Transit express, Translo et Tmc, Trans plus international, sans oublier l’organe  chargé de la défense des intérêts des chargeurs, (Conseil congolais des chargeurs), et des gros importateurs du pays comme, Laborex, la Congolaise des mousses et plastiques et supermarket, pour ne citer que ceux-là.

Après Pointe-Noire, le GUOT se propose de sensibiliser les acteurs économiques de Brazzaville, Ouesso et de Dolisie sur la pertinence de ce nouveau business model.

 

 

 

Liste des News